Bréviaire du
psychothérapeute imaginaire

par Dominique-Paul Rousseau

Association des
psychologues freudiens

pexels-anna-shvets-4588428.jpg

Formation, investigation, médicalisation, réglementation, numérisation : au travers des cinq « recommandations » fermant le ban de son rapport sur les psychothérapies[1], l’Académie nationale de médecine croque le psychothérapeute tel qu’elle l’imagine : en Thomas Diafoirus.[2]

 

1) « Counselling [3] » ma quête [4] sera

Affranchis du médecin, ayant fait « allégeance aveugle à l’endroit de [leur] référence théorique ou de [leur] modalité d’exercice [5] », les psychologues, détachés de la logique de la preuve apportée par la neuro-imagerie, sont bien incapables de « déceler les situations relevant d’une intervention médicale [6] ».

Bien heureusement, l’« assistant thérapeutique [7] », formé en seulement « 30 et 50 heures [8] », équipé de sa mallette à outils psychothérapiques de parfait petit counselor, viendra « sécuriser le parcours du patient [9] » !

 

2) Pesticide cortical tu financeras

En utilisant l'acide de « la technique de provocation (images aversives) [10] », et en corrélant « T. Co.-Co. » – produit phytosanitaire contre les « araignées [11] » – et « normalisation de l’activité du cortex préfrontal dorso-latéral (CPFDL) droit et du gyrus parahippocampique [12] », on tient la preuve qu’il est possible de tuer l’araignée au plafond… 

Malheureusement, une complication s’est nouvellement présentée : une étude scientifique [13] met en évidence que les corrélations entre zones cérébrales et comportements psychopathologiques chutent vertigineusement, dès lors que la taille de l’échantillon des participants à l’expérience est étendu à un grand nombre d’individus … les corrélats [14] peuvent donc muter en cancrelats !…

Qu’importe ! Avec une consommation de soixante-six millions de kilos de pesticides par an, la France a largement de quoi financer la recherche sur la chasse aux araignées corticales…

 

3) Ta métamorphose tu opéreras 

Le nombre d’espèces d’insectes en France étant estimé à trente-quatre-mille-six-cent, le psychothérapeute imaginaire, sous la houlette d’un éminent entomologiste, en connaîtra les différentes catégories taxinomiques neuronales sur le bout du doigt, ainsi que les traitements insecticides correspondants – pris en charge par « la solidarité nationale ». Ainsi se métamorphosera t-il (Ȏ Kafka) en « psychocrate [15] » tatillon – car surveillé et soumis –, et stakhanoviste, appliquant une méthode d'organisation « scientifique » à son travail, par l'utilisation maximale de l'outillage « neuro » et la suppression de toute action inutile (écouter, parler). 

 

4) Au silence tu réduiras 

Il devra continuellement rendre compte des faits et gestes du patient – et des siens – au médecin prescripteur, devra s’engager sur des méthodes (les bonnes) et des objectifs (normatifs), et ce, dans le plus grand secret…transparent… L’effet étant que son patient, en toute confiance, ne lui dira bientôt plus rien.

Sourd et presque muet, le psychothérapeute mettra enfin K.O. sa « croyance a priori en la toute-puissance de l’écoute de la plainte [16] » et ne jugera que par « [le cerveau], vous dis-je ! [17] »

 

5) Du corps tu te passeras 

Pour thérapier les masses par « IAPT [18] », il traitera à distance les « troubles anxieux ou dépressifs de faible intensité [19] » et organisera des plans thérapeutiques téléchargeables via des appli. … Car pour « normaliser» « l’activité de l’amygdale et de l’hippocampe [20] » de la phobie sociale, consulter en visio suffit largement !

Moyennant quoi, « pour 1 euro investi [une] économie de 1,75 euros est réalisée [21] » : « Trois et deux font cinq, et cinq font dix, et dix font vingt. Trois et deux font cinq. ‘Plus du vingt-quatrième, un petit [scanner] insinuatif, préparatif et rémollient, pour amollir, humecter et rafraîchir [le cerveau] de monsieur’…[22] » 

 

Cinq contre-recommandations :

 

1) « le devoir des psys [est] de se porter garants devant le public, à travers leurs associations et écoles, de la qualité de la formation clinique, de la pratique thérapeutique, et de l’éthique professionnelle de leurs membres. [23] »

 

2) Avoir en tête que les corrélats anatomo-fonctionnels cérébraux des activités humaines sont les effets de la parole et du langage, et non les causes.

 

3) Veiller à ce que le psychologue, ni médical ni paramédical, reste libre de choisir son orientation et ses méthodes de travail, dans la mesure où il est responsable de leurs conséquences, tant devant son patient que devant les institutions dans lesquelles il travaille et toutes les instances. 

 

4) Les déterminismes neurologiques et génétiques sont dans une certaine mesure déterminés « pour recevoir l’incidence de […] la contingence [et même] pour la produire [24]» : déterminés pour l’indéterminé, prévus pour l’imprévisible, le psychologue et son patient conservent une marge de liberté, qui plus est en s’appuyant sur « la puissance » et le pouvoir « créationniste » de la parole [25].

 

5) La présence des corps en chair et en os est la condition pour qu’une pratique psy ne s’adresse pas à une « population », mais à un ou une seul.e, unique, qui souffre. 

 

[1]. « Psychothérapies : une nécessaire organisation de l’offre », rapport de l’Académie nationale de médecine, 18 janvier 2022, à télécharger sur https://www.academie-medecine.fr/psychotherapies-une-necessaire-organisation-de-loffre/

[2]. Référence au personnage du Malade imaginaire de Molière.

[3]. « ANNEXE 2 : formation et offre en psychothérapie autour de nous en Europe », rapport de l’Académie nationale de médecine…op. cit .

[4]. « E-Formation et droit au titre » où sont évoquées « les maquettes de formation aux professions susceptibles de donner accès au titre de psychothérapeute. », ibid.

[5]. « B- La place des psychothérapies dans notre environnement social », ibid.

[6]. « L’Académie nationale de médecine recommande », ibid.

[7]. « F- L’organisation de l’offre aujourd’hui en France et en Europe », ibid.

[8]. « ANNEXE 2 : formation et offre en psychothérapie autour de nous en Europe », ibid.

[9]. « La capacité du psychothérapeute à déceler les situations relevant d’une intervention médicale et ainsi sécuriser le parcours du patient. », « L’Académie nationale de médecine recommande », ibid.

[10]. « ANNEXE 1 : Modifications cérébrales et Psychothérapies. Phobies », ibid.

[11]. « La phobie des araignées », « ANNEXE 1 : Modifications cérébrales et Psychothérapies. », ibid.

[12]. Ibid.

[13]. Reproductible brain-wide association studies require thousands of individuals, 12 mars 2022, https://www.nature.com/articles/s41586-022-04492-9

[14]. « ANNEXE 1 : Modifications cérébrales et Psychothérapies. Corrélats anatomo-fonctionnels (neuroimagerie) et biologiques », rapport de l’Académie nationale de médecine…op. cit.

[15]. Mot-valise forgé par Jacques-Alain Miller à partir de « psychologue » et « technocrate » dans la période de l’amendement Accoyer en 2004.

[16]. « B- La place des psychothérapies dans notre environnement social », rapport de l’Académie nationale de médecine…op. cit.

[17]. Molière, Le malade imaginaire, Hachette livre, 2019, p. 133.

[18]. « Improving Access to Psychological Therapies », « ANNEXE 2 : formation et offre en psychothérapie autour de nous en Europe », rapport de l’Académie nationale de médecine…op. cit.

[19]. « ANNEXE 2 : formation et offre en psychothérapie autour de nous en Europe », ibid.

[20]. « ANNEXE 1 : Modifications cérébrales et Psychothérapies. Phobies », ibid.

[21]. « F- L’organisation de l’offre aujourd’hui en France et en Europe », ibid.

[22]. Molière, Le malade imaginaire… op. cit., p.23. 

[23]. Principe de l’Association des Psychologues Freudiens, https://www.psychologuesfreudiens.org/index.php/association

[24]. Magistretti P., Ansermet, F., « introduction », Neurosciences et psychanalyse, Odile Jacob, Paris, 2010, p. 11.

[25]. Miller J.-A., « L’orientation lacanienne. L’Un tout seul » enseignement prononcé dans le cadre du département de psychanalyse de l’université́ Paris VIII, cours du 11 mai 2011, inédit.