top of page

Psychologie et médecine – Quelle place pour le vivant ? L'argument de Caroline Doucet




Caroline Doucet
.pdf
Download PDF • 2.76MB

Mardi 14 mai, à 21h

Soirée Zoom des Psychologues freudiens

Psychologie et médecine

Quelle place pour le vivant ?

avec

Caroline Doucet

 

Nous avons le plaisir de vous faire découvrir aujourd’hui l’argument de Caroline Doucet. Celui-ci nous servira de boussole en direction de la prochaine soirée des Psychologues freudiens, dont la flèche visera ce point : Psychologie et médecine – Quelle place pour le vivant ?

 

Le psychologue peut-il être encore utile au patient dans un temps où la médecine se veut rentable et n’a jamais été aussi impatiente ? Car la position subjective à laquelle s’intéresse le psychologue implique le temps de l’énonciation grâce auquel le patient trouve une marge de liberté par rapport à ce qu’il dit et à ce qui le fait souffrir. La vie humaine ne saurait se réduire à sa condition biologique, elle implique la pulsion dont la demande est la première manifestation. Comment y répondre ? Que devient la subjectivité dans une époque où la naturalisation du monde et la place de l’inanimé s’étendent, et où la revendication du droit à et de l’autonomie se fait toujours plus grandissante ? Cette soirée sera l’occasion d’énoncer quelques principes d’une éthique du vivant lacanienne pour la pratique en service de soins. 

Caroline Doucet

 

Caroline Doucet est psychologue et psychanalyste, membre de l’association des Psychologues freudiens depuis la création de l’association. Elle a écrit et coordonné deux ouvrages de référence sur ce thème : Le psychologue en service de médecine et Le psychologue en service de psychiatrie. Elle a poursuivi sa réflexion dans plusieurs articles[1] fort utiles pour les psychologues en institution elle vient également de soutenir son HDR sur « l’éthique du vivant ».

 

Cette soirée sera gratuite et ouverte à tous,

dans la limite des places disponibles.



[1]. Notamment « L’éthique du vivant en psychanalyse » (L’Hebdo-blog, n°319), « Le vivant, un tournant dans la fonction du médecin » et enfin « L’urgence à justifier son existence, indécision médicale et éthique du vivant en psychanalyse » dans Ce que Lacan nous enseigne, ouvrage collectif coordonné par Fabienne Hulak, sans compter un article à paraître dans Quarto n°135.

386 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page